Les activités Forum Index Les activités
de l'association des
Amis du Viêtnam-Marseille
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Résumés des ouvrages d'auteurs Vietnamiens

 
Post new topic   Reply to topic    Les activités Forum Index -> Les livres de Raymond
View previous topic :: View next topic  
Author Message
Raymond G



Joined: 03 Apr 2006
Posts: 72

PostPosted: 08 Jun 2006, 16:05    Post subject: Résumés des ouvrages d'auteurs Vietnamiens Reply with quote

Résumés de quelques romans d'Auteurs vietnamiens:

Bao Ninh
• Le chagrin de la guerre - Editions Philippe Picquier, 1994
Un homme de trente ans revient après dix années de guerre.Il essaie de recoller les morceaux épars de son existence. A la lueur d'une petite lampe à pétrole, nuits après nuits, feuillets après feuillets, il écrit sa vie, la guerre,l'amour. L'écriture le repousse de plus en plus loin, de plus en plus profondément dans le passé, la boue, le sang, la violence, les atrocités. Et les feuillets s'entassent pendant que la vie de tous les jours se délite, pendant que la mémoire, comme un fleuve à la dérive, à travers mille méandres, l'ensevelit dans les pages cachées de son passé.Pour qu'il écrive ce chagrin de la guerre, cette tristesse de l'amour,"les pages les folles dans une douleurs née de la passion de vivre"

Kim Lefevre
• Métisse blanche - Editions Bernard Barrault, 1989 - Editions J'ai lu,1990
Enfant d'une vietnamienne et d'un français, Kim Lefèvre doit relever un triple défi: elle est née fille, bâtarde et métisse. Dans ce récit, son enfance, sa jeunesse, les échos étouffés d'un Vietnam rare et authentique.

• Retour à la saison des pluies - Editions de l'aube, 1995
Proust au pays des nems. Une remontée dans le temps(...)Trente ans après, Kim, la fille d'une vietnamienne et d'un français disparu, retourne au Vietnam. L'écriture est limpide, souple, souvent poignante, pleine de retenue.

NGUYEN Quang Thiêu
• La fille du fleuve - Editions de l'Aube, 1998
"Ce matin,Thao s'est levé, très tôt. Au bord du fleuve, le champ de moutarde est couvert d'or pâle : les fleurs se sont épanouies dans la nuit et elles dansent dans la brise. Son coeur se met à battre... Il court vers le champ et tombe à genoux ; devant lui, des pétales jaunes sont éparpillés jusqu'au débarcadère, et il découvre l'empreinte de petits pieds. Minuscules."
Sept nouvelles qui nous amènent au coeur du Viêt Nam moderne, dessinant des scènes de la vie de tous les jours, dans leur violence et leur douceur. des portraits sensibles, touchants, hauts en couleurs, qui donnent une image vivante de ce pays entre tradition et modernité, poésie et quotidien, nature odorante et vie urbaine... Sept découvertes.

• La petite marchande de vermicelles - Editions de l'Aube, 1998
Nguyên Quang Thiêu est né, vit et écrit à Ha Dong un village que traverse le majestueux fleuve Day, tout prés de Ha Noi. ce fleuve dessine le cours de son oeuvre et chacun de ses textes se nourrit de la vie du petit peuple paysan qui l'environne.
La force de ce jeune écrivain vietnamien se concentre d'abord dans la simplicité et la beauté de sa langue et de ses sujets. Jean-Luc Douin écrivait d'ailleurs d'une de ses nouvelles déjà publiée à l'Aube "qu'elle était belle et poignante."
La petite marchande de vermicelles commence ainsi :"Quand je songe à ce petit village, ce que je revois en premier, ce sont les badamiers. des badamiers écimés. pourquoi diable tous les arbres de ce village avaient-ils ainsi perdu la tête ? personne n'en a jamais rein su.
C'est un tout petit village avec juste une rangée de badamiers le long de la rue principale; quand vient l'hivers, les feuilles prennent une belle teinte rouge sombre, puis elles se dessèchent et elles meurent. Je garde surtout le souvenir de deux de ces arbres, tous les deux courbés sous le poids des années : sur le premier pendouillent des pneus de bicyclettes et des roues de charettes fatiguées, le second est au milieu du bourg et on y a suspendu une bombe désamorcée et vidée, qui jadis servait de gong lors des alertes."
Le décor ainsi posé, la petite marchande de vermicelles - une jeune femme très belle, à la peau mate et longs cheveux soyeux - peut entrer en scène...

PHAN Huy Duong
• Un amour métèque - Editions de l'Harmattan, 1994
Pour retrouver les restes de son fils disparu pendant la guerre du viêt Nam, un américain surnommé le Milliardaire lance une OPA sur tous les squelettes abandonnés dans la terre vietnamienne.
Un homme mûr revient dans sons pays natal. La guerre est finie. Il comprend qu'avec son enfance, il a aussi perdu le courage de croire et d'aimer.
Une voix se livre, à travers une fuite échevelée, à la vaine recherche d'elle-même. Mais à ceux qui qui vivent un monde métèque, il n'est pas donné d'aimer. En trois nouvelles, l'auteur donne à voir une existence sans issue dans un monde sans valeurs.
L'espoir quand même, en forme d'humour, et de mots.

• Penser librement - Editions Chronique Sociale, 2000
" Je pars du cadre classique de notre culture. J’examine le problème fondamental de toute philosophie que je reformule dans notre parler d’aujourd’hui : nos rapports au monde matériel, vivant, pensant sont-ils intelligibles ? Si oui, pourquoi et comment ? Je souhaite partager cet exercice de réflexion avec tout un chacun, notamment les jeunes qui affrontent ce monde chaotique, menaçant, de plus en plus dénué de sens et de valeurs. Pour ce faire, sans rien sacrifier sur le fond, j’ai choisi de m’exprimer dans le langage commun. Ce choix a eu deux conséquences heureuses :
* Il m’a libéré des cadres conceptuels qui paralysaient ma pensée chaque fois que j’ai tenté d’écrire ce livre. Il m’a forcé à illustrer mes idées avec des expériences banales de notre existence quotidienne. Du coup, il m’a donné une grande liberté de parole, donc de pensée.
* J’ai soumis le manuscrit à des étudiants qui n’ont guère le temps de s’intéresser à la philosophie. Ils l’ont trouvé digeste, passionnant, parfois déstabilisant.
On peut sortir la philosophie de ses ghettos. Fondement ultime de toutes les valeurs dans toutes les civilisations, elle doit et elle peut réintégrer le débat civique total si nécessaire à notre société". - Phan Huy Duong -

Les soeurs TRAN Nhut
• Le temple de la grue écarlate - Editions Philippe Picquier, 1999
Lorsqu'il rejoint son poste, aux confins de l'empire vietnamien du 17ème siècle, le madarin Tân ne sait pas encore que les familles de notables n'ont qu'une idée en tête : le marier à leurs filles nubiles. cependant le jeune homme, préférant le poisson séhé des gargotes aux phénix farcis des banquets, n'a guère le temps de se prêter à ces jeux sociaux, car il se voit bientôt confronté à sa première affaire de magistrat. Une succession de meurtres aussi cruels qu'inexpliquables le conduit à s'intéresser de près à un ordre de moines plus férus d'arts martiaux que soucieux de la loi de Bouddha.
Aidé de son ami le lettré Dinh, à l'esprit fin et sarcastique, il lui faudra parcourir les montagnes embrumées du Nord, utiliser ses bottes les plus secrètes et déployer toute son ingénosité pour mener à bout son enquête, dont la solution au goût amer est un défit à son sens inné de la justice.
Quand il s'agit de créer l'étoffe d'une histoire, quatre mains peuvent tisser une trame plus élaborée que deux. c'est en s'inspirant de leur aïeul maternel que les soeurs Tran Nhut, l'une est physicienne, l'autre ingénieur d'une grande université américaine, ont imaginé le personnage du mandarin Tân. Pour peupler leur fiction policière, elles ont évoqué les mille et un détails d'un passé révolu et de ses légendes, avec un évident plaisir d'écriture.

• L'ombre du prince - Editions Philippe Picquier, 2000
Un an après sa nomination dans une région reculée et désuète au nord du Viêt Nam, le mandarin Tân se rend à Thang Long, la capitale de l'Empire, à la recherche de livres qui font défaut à sa province. Mais au lieu de manuscrits, il découvre une série de corps délicatement incisés par une lame artiste, meurtres sanglants qu'il lui faut élucider au plus vite en ce 17ème troublé par des luttes d'influences entre princes et seigneurs. Curieux voyage à la capitale, où le jeune magistrat est confronté non seulement à la toute-puissance des nobles et à un vol singulier chez les eunuques, mais aussi aux ombres surgies de son passé. Le sang versé hier appellerait-il les crimes d'aujourd'hui ? Pour percer à jour les motifs étranges d'un assassin sans pitié, le madarin Tân devra pousser jusqu'au bout une effroyable logique qui, cette fois-ci, ne le laissera pas intact.

• La poudre noire de Maître Hou - Editions Philippe Picquier, 2002
A l'ombre de l'échine minérale du dragon qui sommeille dans la baie de Ha Long, des cadavres décomposés semblent refuser leur mort et vouloir prendre part aux affaires des vivants. Un naufrage ressuscite les héros mythiques de batailles révolues, tandis que des cimetières subissent des pillages aussi mystérieux que profanateurs. A l'aube de ce XVIIe siècle qui voit le Viêt Nam accueillir comptoir portugais et missions jésuites, le mandarin Tân, épaulé par le fantasque lettré Dinh, doit élucider non seulement ces actes ténébreux mêlant élixirs et poudres taoïstes, mais aussi un meurtre dont les raisons se trouvent cristallisées dans une quête immémoriale.
Magistrat de ce pays sur lequel souflent les esprits d'anciennes traditions et les nouveaux vents du changement, le mandarin Tân saura-t-il déchiffrer à temps le message prémonitoire d'une femme aimée ?
C'est parce que naguère leur aïeul maternel s'était distingué aux concours triennaux que Kim et Thanh Van Tran Nhut ont imaginé le personnage du mandarin Tân, fils de paysan qui rejoint le meilleurs lettrés pour servir l'Empire. A partir d'une trame élaborée en commun Thanh Van écrit ici la troisième enquête du jeune mandarin qui a déjà démontré sa sagacité dans du Temple de la grue écarlate et de l'ombre du prince.

• L'aile d'Airain - Editions Philippe Picquier, 2003
Sur cette terre au Sud du Vietnâm où génies et fantômes se côtoient, des défunts réclament vengeance tandis que, dans la moiteur de la jungle, une démone à la beauté dévastatrice guette les hommes pour leur faire subir des outrages que la morale réprouve. De retour dans son village natal, le mandarin Tân est lui aussi confronté à ses propres démons : une mort particulièrement atroce le lance sur les traces de l'homme insaisissable qu'il traque depuis son enfance — son père. Un passé entache de crimes et de trahison resurgit, tandis que se dévoile une vérité au goût de cendres.
Dans le Vietnâm du XVIIè siècle fragilisé par des dissensions internes, le mandarin Tân, assisté par le fringant lettré Dinh, s'attaque à une enquête dont le dénouement marquera non seulement son existence, mais aussi l'avenir du pays.

PHAM Quât Xà
• Le rêve du papillon - Editions Sudestasie - Unesco, 1997
"Il était une fois un artiste absolu, peintre sculpteur, poète, musicien, pantomime...plein de génie, un peu sourd et étourdi.Mais doux comme l'eau de roches, généreux comme un pauvre, humble comme un riche frappé d'imagination. Il arriva d'on ne sait où. Il fabriqua l'Espace comme la femme qui pétrit son pain, le Temps comme comme le tisserand qui trame ses rêves et ses soies, modela l'Homme comme l'enfant qui sculpte son géant de neige et écrivit l'Histoire des hommes tel un romancier de grand talent légèrement emméché. Par paresse, il inventa le système de réincarnation pour ne pas gaspiller les âmes et être obligé d'en concevoir d'autres. Par compassion aussi pour qu'elles n'errent pas comme des chiennes en peine.
Pham Quât Xà est lauréat de l'académie française (poésie 1993), de la société des poètes français (1992) et de la nouvelle pléiade

VAN Mai
• Gens du saule - Edition de l'Aube , 2000
En l'an 40 de notre ère, deux jeunes paysannes à dos d'éléphant ont chassé de leur pays l'occupant Han le plus grand empire de l'Antiquité. En cette année 1965 du calendrier impérialiste, le masque a encore changé d'empereur et, encore une fois, filles de dragon et fils de fée font face...
Noue sommes au Viêt Nam ; Maman Nymphéa a perdu tous ses enfants, l'un aprèe l'autre, dans cette guerre terrible contre la plus grande puissance du monde. Seule survivante, Loriot-du-Saule, la petite soeur, se jette de toutes ses forces dans la bataille. Et si elle est sûre d'y rencontrer la mort, elle ne s'attend certes pas à y découvrir l'amour...Amour et haine, qui jamais ne pourront faire bon ménage ; Salangane et Point-Virgule en feront à leur tour l'amère expérience avant que l'Amérique comprenne enfin qu'elle est vaincu par la ténacité de ce peuple inflexible.
Un roman (mais est-ce un roman ?) fascinant, foisonnant, tendre et violent, comme un coup de poing venu de ce Viêt Nam qui ne cesse de résonner dans nos mémoires...
Née à Sài Gòn l'année de Diên Biên Phu, Vân Mai (Nuage du matin) nous confie ici son premier roman.

CHU Lai
• Rue des soldats - Editions de l'Aube , 2003
"le mari se nommait Nam, officier du génie tenant garnison au-delà du pont Thang Long. La femme exerçait son métier de médecin militaire. Elle s'appelait Thao; âgée d'une trentaine d'années elle parassait encore très jeune et elle était jolie, de cette beauté discrète de la Hanoï d'autrefois. Ce couple de soldats n'avait qu'une fillette, âgée de sept ans, mince et élancée comme son père, de visage avenant comme celui de sa mère et au regard chargé de tristesse, comme celui de tous les enfants nés dans ce quartier."
Telle est la famille, héroïne malgré elle de ce roman du quotidien qui nous raconte l'histoire d'une rue: la rue des Soldats. des soldats qui ont certes réchappé de la guerre, mais qui sont impitoyablement marqués par ce qu'ils ont vécu.
Heureusement, la vie est la plus forte; et c'est leur bonheur qu'ils traquent désormais. La lecture de cette fresque étonnante, une tragique et très belle histoire d'amour, est essentielle à celui qui veut découvrir - et aimer - le Viêt Nam d'aujourd'hui.
Chu Lai, né en 1946 dans une province du Nord Viêt Nam, a fait des études de lettre; il s'est porté volontaire dans la guerre contre les américains. En 1975, il s'installe à Hanoï avec le grade de colonel et reprend son métier d'écrivain. Il a déjà publié une quinzaine de romans, écrit autant de scénarios et de pièces de théâtre. "Rue des soldats" a reçu le prix des maisons d'édition de Hanoï et a été très apprécié du public. Il en a été adapté une série télévisée.

DUONG Thu Huong
• Histoire d'amour racontée avant l'aube - Editions de l'aube, 1991
L'histoire d'un homme et d'une femme unis en 1949 et qui, peu à peu, se rendent compte qu'ils sont "mal mariés" et se séparent d'un commun d'accord. Le Parti, lui, en décidera autrement et fera appel du jugement du divorce, considérant que l'épouse a été défavorisée. Derrière une histoire d'amour, est mise en exergue l'intervention du Parti dans la vie privée. Un émouvant et tragique histoire constat de vies brisées par le système politique.

• Les paradis aveugles - Editions des femmes, 1991
Il était neuf heures. Madame Véra m'a tendu le télégramme: "gravement malade, viens immédiatement." Elle m'a scrutée et elle a dit:
- Pauvre petite, tu n'as pas de chance.
Elle secoua son énorme tête et tourna les talons. Un flot de parfum bon marché reflua, imprégnant l'espace, se collant aus murs lépreux telle une coulée de glu. Je restais là, recroquevilléee dans mon pyjama. Je regardais le corps plantureux de la concierge. Ma tête bouillonnait. moi-même, j'étais malade.

• Roman sans titre - Editions des femmes, 1992
J'ai murmuré une prière : "Chère soeurs, ne nous hantez plus. Protégez nous. Armez nos corps, éclairez nos esprits, faites que nous puissions vaincre à chaque combat... Quand viendra la victoire, quand notre patrie connaitra la paix, nous vous ramènerons à la terre de vos ancêtres."
J'ai enfoui mon visage sous la couverture. J'ai essayé d'oublier le vent. Mais le vent continuait de transpercer la couverture, de s'engouffrer dans la gorge des Ames Perdues.
Deux semaines auparavent nous y avons enterré six jeunes filles.

• Au delà des illusions - Editions Philippe Picquier, 1996
Publié au Viêt Nam, Au-delà des illusions , qui fut le livre de chevet de toute une génération, est sans doute l'un des plus beaux romans d'amour vietnamiens des deux dernières décennies.
Les élans passionnés et la soif d'idéal de Phuong Linh sont une source de désordres, de joies violentes, et aussi de désenchantements. Face à la lâcheté de ses amants, refusant les accommodements et les compromissions, elle oppose, pour se donner entièrement, l'ardeur sincère et la pureté de son amour en même temps que le courage de ses convictions. Les promesses seront abandonnées, les serments endeuillés de mensonges : Phuong Linh devra trouver seule le chemin. Au-delà des illusions.
ce livre est aussi un appel à la dignité, une invitation à la liberté. Enraciné dans la réalité vietnamienne de ces dernières années, il donne à voir la médiocrité des intellectuels et des artistes sous le régime totalitaire, la dégradation progressive des valeurs morales, le processus qui conduit peu à peu les homme du mensonge au mépris, du mépris au cynisme, et qui finit par corrompre toutes les relations humaines, y compris l'amitié et l'amour.

• Myosotis - Editions Philippe Picquier, 1998
Doué d'une vitalité et d'un talent extraordinaires, Suong à la voix de cristal aime ardemment le musicien Hung.Obstinée, ingénue,elle ne dispense aucun pardon, aucune morale, ne ressasse regret malgré l'incompréhension et le cynisme qui se lèvent avec la paix, au Viêt Nam.
Ce roman d'amour, tissé de souvenirs et nourri du lyrisme des voix et des odeurs de l'enfance, nous laisse éblouis devant tant d'enthousiasme face à la médiocrité, devant cette énergie intacte face à la déchéance douloureuse et au désespoir portés par son amanr Hung, le véritable héros du livre, qui ne parvient plus à s'accorder à lui-même et avec son art.
Ce livre, qui n'a pas encore été publié au Viêt Nam, est le cinquième de Duong Thu Huong.

NGUYEN Huy Thiêp
"Nguyên Huy Thiêp, en solitaire", un article de Jean Luc Douin.
• Un général à la retraite - Editions de l'aube, 1990
L'été 1987, au lendemain du 6e congré du parti communiste vietnamien tenu sous la banière du "renouveau" , une nouvelle écrite par un inconnu provoqua un véritable séisme dans l'opinion publique du vietnam. Ses lecteurs , y compris ceux de la diaspora, y reconnurent le portrait bouleversant d'exactitude d'une époque - celle du Vietnam après la révolution.
Un général à la retraite - ainsi s'intitule cette nouvelle - tire sa force de son absolu réalisme. D'une écriture elliptique, dégraissée, qui vise au constat, avec une sélection de situation types qui confinent au reportage , cette nouvelle très courte prend à bras le corps, les contrdictions les plus cruciales de la société vietnamienne.

• Le coeur du tigre - Editions de l'aube, 1993
Le coeur du tigre nous immerge dans le Viêt Nam d'aujourd'hui, alliant tâches matérielles et mythologie, quotidien et permanence, autochtones et émigrés. L'allégorie chaque fois présente prend ici valeur de témoignage dans une écriture simple, forte et belle

NHA Ca
• Les canons tonnent la nuit - Editions Philippe Picquier, 1997
Une famille unie, heureuse et encore respectueuse des valeurs traditionnelles, a quitté sa terre natale au nord, pour suivre le flot des réfugiés et s'installer à Saigon; Une fois de plus, elle va se trouver emportée dans les tourbillons tragiques de l' Histoire. La guerre n'est pas visible pour les habitants de la capitale mais tout rapelle sa présence et ses menaces : la radio, les soldats en uniforme...Ce monstre froid avance la nuit, à pas de géant, avec le bruit des canons.
A travers l'histoire de cette famille confrontée à l'horreur de la guerre, c'est le destin tout entier du Viêt Nam qui s'écrit avec du sang et des larmes : ce roman bouleversant commence par une sorte de litanie psalmodiée par la narratrice, pour s'achever comme une supplication.
Avec les canons tonnent la nuit, s'ouvre une nouvelle fenêtre sur un pan totalement méconnu de la littérature contemporaine du Viêt Nam : la littérature du Sud Viêt Nam des années 1960 à 1975

PHAN Thi Vang Anh
• Quand on est jeune - Editions Philippe Picquier, 1996
A vingt-huit ans, Phan Thi Vang Anh incarne la littérature de la jeunesse au Viêt Nam. Quand elle décrit les émois de l"amour naissant ou les interrogations de la jeunesse au seuil de la vie, ses héroïnes ont toutes les mêmes élans passionnés, tendus vers la connaissances des autres, de soi. Si on a pu comparer l'univers de ses nouvelles à une cour de récréation, c'est que certains jeux qui s'y livrent ont la candeur et la fraîcheur des jeux d'enfants. mais le ton n'est pas toujours aussi serein. Ses personnages, proches de l'adolescence, débusquent sans complaisance les tricheries, les mensonges et les lâchetés des adultes. Ils témoingnent d'une jeunesse qui aspire à la liberté et au changement mais qui reste encore prisonnière de ses craintes. Il y a chez les personnages de Phan Thi Vang Anh quelque chose de l'Antigone de Sophocle, un côté irréductible qui leur font préférer parfois la mort au compromis qu'impose la vie, comme dans Quand on est jeune, la nouvelle titre du recueil.

NGUYEN Quang Thân
• Au large de la terre promise - Editions Philippe Picquier, 1997
Au Viêt Nam, dans l'ombre et sous la houlette du vieux système totalitaire agonisant, un monde nouveau s'installe qui ne reconnaît q'une mesure : l'argent. Pris en tenaille entre ces deux univers, des personnages égarés, à la recherche d'un sens à donner à leur existence, se jettent les uns sur les autres, s'embrassent, s'entre-déchirent, se rient au nez et se dépouille réciproquement avec avidité.
Il y a Tuân, l'ingénieur qui rêve en vain de mettre son savoir au service du pays ; Thao, l'écrivain qui s'interroge sur la nécessité d'écrire dans un monde de corruption qui méprise la science, l'art et la culture ; Huy, le petit trafiquant digne et sans états d'âmes ; Chi, la rebelle, prise dans un chassé-croisé amoureux et des faux-semblants ; Tuc, l'homme "moderne" intelligent et cynique, qui se prépare consciencieusement à sa propre ascension sociale.
Le monde change. Interprètes de la folie d'une époque, ils applaudissent à leurs ambitions, à leurs défis et à leurs nouveaux appétits. d'autres, désenchantés, apprennent le désarroi ou la résignation avant que la bourrasque d'un monde nouveau ne les emporte. Au large de la terre promise.

PHAM Andrew X.
• Le souffle du cobra - Nil Editions , 2001
Beaucoup d'américano-vietnamiens "retournent" au pays en qualité de touristes. Le coeur battant, on revient narguer le régime communiste, montrer par la réussite matérielle que les pitoyables exilés d'autrfois sont maintenant les vainqueurs. Disparus les réfugiés miséreux accrochés à des barques et déversés sur le sol américain par avions-cargo, affamés et implorant le salut, la bouche ouverte de terreur et les yeux écarquillés d'admiration. On revient et on jubile intérieurement à la vue de nos triomphateurs, qui nous paraissent aujourd'hui dess singes détestables occupés à nous extoerquer les babioles contenues dans nos bagages. On revient parce qu'on est paumé.
Pham Andrew X. vit à Portland en Oregon. Le souffle du cobra est son premier ouvrage.

NHAT Tuân
• Retour à la jungle - Editions Philippe Picquier, 2002
Ils sont cinq, un vieillard et quatre jeunes dans la force de l'âge. Ils errent depuis une éternité dans des montagnes perpétuellement convertes de brumes et de nuages, où rien n'existe. Ils sont revenus dans la jungle. Non pas pour faire la guerre. Pour édifier la paix.
Ce roman d'après-guerre sera pourtant un roman terrible sur la guerre, pas celle qui se mène à coups de mitailleuses et de bombes, mais une autre guerre qui détruit l'homme encore radicalement que la précédente : ils ne sauront jamais contre qui, pour qui, pourquoi.
Ils sont revenus dans la jungle pour faire le tracé d'une route qui relierait le Nord Viêt Nam au Sud Viêt Nam. Un grand rêve d'après la victoire des dirigeants vietnamiens. Ils se fraient une voie à coups de machette, dans la solitude la plus absolue. Ils n'ont pour armes qu'une vieille carte et une boussole, et pour guide une radio, leur seul lien avec le monde humain. A l'autre bout de cette radio, un état-major anonyme leur donne des ordres auxquels nul ne peut désobéir.
Une ironie mordante éclaire cette tragi-comédie des illusions. Un grand rire barbare, cruel, cynique secoue de bout en bout ce roman kafkaïen, totalement iconoclaste dans la littérature vietnamienne.

PHAM Duy Khiêm
• Légendes des terres sereines - Editions Philippe Picquier, 2003
Parsemées de proverbes et de poèmes, ces histoires d’amour ou d’amitié, de fées et de génies, moqueuses envers les puissants, célébrant la ruse féminine, révèlent à la fois une culture – celle de l’ancien Viêtnam – et une morale universelle qui a parfois, ici, la saveur de la sagesse taoïste. Pham Duy Khiêm a écrit directement en français, dans une langue fluide et propice au rêve, ces contes célèbres du folklore annamite.

Ho Anh Thai
• L'ile aux femmes - Editions de l'aube, 1997
Une île dans l'archipel de la baie de Ha Long - huitième merveille du monde. Mais une île habitéee par la souffrance de femmes isolées dans une ferme d'etat, loin de tout, loin des hommes, loin de l'amour. Quelques aventures de passage seront sévèrement sanctionnées, et seule la force de l'amitié sauvera du désespoir ceux qui tentent l'impossible rencontre du désir, de l'art et de la beauté.
Un roman d'amour dans un cadre époustouflant, qui nous emporte au coeur des espérances et des contrdictions des jeunes vietnamiens d'aujourd'hui.
En refermant ce livre le lecteur a perdu l'innocence, et c'est avec un regard troublé qu'il pensera désormais à la mystérieuse baie de Ha Long.

• Aventures en Inde - Editions Kailash, 2000
Ho Anh Thai arrive un jour de 1990 à New delhi, comme conseiller d'ambassade.Il a trente ans, et l'âme visitée par des souvenirs de guerre et de misère. Thai ouvre ouvre un oeil et voit l'Inde. Sous ses soieries et sous ses haillons, elle lui sourit. Il décide de lui consacrer un livre, le premier écrit par un vietnamien sur ce pays.
Thai ouvre alors le troisième oeil, celui de la connaissance, celui de l'écrivain, et ce regard transperce le voile, voile tissé de rêves et de cauchemars, d'images figées et de lieux communs, que, depuis des siècle, les occidentaux ont déposé à la surface du sous-continent. "Aventures en Inde" s'attaque aux apparences, comme le feu à la surface d'un visage, et renouvelle la perception que nous avons d'un pays où les possibles sont inouïs.
C'est sur des faits de l'Inde d'aujourd'hui que s'ouvre ce recueil où sont révélées les failles du sujet et du monde, un recueil écrit sous la menace de la souffrance et de la douleur contre lesquelles Thai entend entretenir un état de guerre. Ses récits naissent de sa confrontation directe avec l'opacité des êtres et de l'univers, de sa volonté de contribuer à sortir l'homme d'aujourd'hui des impasses d'une société bloquée et injuste et de son souci de désigner la merveille qui, contre l'imperfection du monde, bouleversera les mentalités.

NGUYEN Quang Lâp
• Fragments de vie en noir et blanc - Editions Philippe Picquier, 1998
Ce roman d'amour baigné de noiceur,d'humour et de poésie, teint à la fois de Kafka et de La plaisanteriede Kundera. Il est l'histoire de la fuite éperdue de deux êtres épris l'un de l'autre et traqués par la peur, les bombes et le Parti, bureaucratiquement omniprésent dans les actes et les consciences de chacun. Et derrière eux, d'humbles personnages avec leurs lâchetés, leurs méchancetés, leurs bêtise mais également leur héroïsme et leur humanité. Il est enfin le procès de la société vietnamienne, d'une morale intransigeante qui continue de régler la conduite de tous et particulièrement celle des femmes, jusque dans leus pensées et leur intimité. comme l'attestent les romanciers d'aujourd'hui, et en particulier Duong Thu Huong.

PHAM Thi Hoai
• La messsagère de cristal - Editions des Femmes, 1991
"Ma fenêtre plonge dans une rue qui mène directement au portail d'une brasserie...
Par cette fenêtre, deux fois par jour, des vagues de visages, des silhouettes déferlaient, se noyaient dans mes yeux ou s'évaporaient au loin. Les année ont passé, je suis restée fidèle à ma classification des hommes. Il n'y a jamais eu que deux espèces: ceux qui sont capables de tendresse et ceux qui ne le sont pas... On peut analyser, classer et diriger l'humanité entière à travers un trou rectangumlaire magique, si l'on sait garder foi en son système de valeurs."

• Menu de dimanche - Editions Actes Sud,1997
La scène se passe à Ha Noi, dans un atelier de couture, à moins que ce ne soit dans un café, en compagnie d'intellectuels désabusés, ou encore sur la plage que parcourt, en proie au doute, un cinéaste amoureux. Dans un deux-pièces, une jeune fille entend les soupirs de sa mère pendant l'amour. Sous les toits, une adolescente invente,pour égayer les derniers jours de sa grand-mère, de poétiques menus de dimanche...
C'est une vision très contemporaine de Viêt Nam que propose ici Pham Thi Hoai : un pays en quête de rêve mais torturé par son histoire, où chacun se doit de trouver en lui-même des ressources pour ne pas céder à l'atmosphère pesante, au désarroi qui nivelle le quotidien.
Ironique et sensible, ce recueil de nouvelles qui résonne d'une voix très personnelle est à entendre comme un véritable acte de résistance poétique.

TRAN Vu
• Sous une pluie d'épines - Editions Flammarion, 1998
Pour ce recueil de six nouvelles au parfum aigre doux, Tran Vu trempe sa plume dans la moiteur de la saison des crues et des corps onctueux. Tantôt brutales, tantôt tendres, ses histoires vont et viennent des légendes impériales à la trivialités du quotidien.
terres ancestrales, étreintes sauvages forment la matière de son roman de l'exil, à l'image d'une longue caresse le long de la cicatrice, sur une note d'éternel frisson - entre plaisir et effroi.
Tran Vu est né en 1962 à Saïgon. Il a quitté le Viêt Nam en 1979 dans la vague des "boat-people" pour être recueilli en France par le DASS en 1980.Ne parlant pas français à son arrivée, il passe néanmoins son bac et entreprend des études d'informatique. Il vit actuellement à Paris.

NGUYEN Khac Truong
• Des fantômes et des hommes - Editions de l'aube, 1996
"Si l'on compare le canton à un gâteau, le Puits de la Pagode en est la crème ; si le canton est une fleur, Le Puits de la Pagode en est le pollen ; c'est ici que les traditions demeurent les plus vivaces. C'est ici qu'on trouve à la fois ce qu'il y a de plus noble mais aussi ce qu'il y a de plus fou."
Le village du Puits de la Pagode avec ses habitants surgit et prend vie comme par enchantement au fil de la lecture, avec ses fous rires et ses larmes, ses enfants et ses vieillards, ses femmes et ses hommes, ses fantômes et ses sorciers qui ont parfois bien du mal à s'y retrouver ! Comme l'a dit l'auteurs à ses traducteurs, c'est "mon village natal ; je n'ai pas inventé grand-chose, j'ai juste changé quelques événements, brouillé quelques noms...", c'est toute la vie d'un village aujourd'hui au Viêt Nam, à la fois si semblable et si différent des villages de nos campagnes. Un roman intense, riche d'espoir et d'émotions, un moment de vie dans un monde qui bouge, une manière de réussir un voyage fascinant.
Nguyen Khàc Truong, journaliste et écrivain âgé d'une quarantaine d'années, vit et travaille à Hà Nôi.

MOÏ Anna
• L'écho des rizières - Edition de l'Aube , 2001
"Si partir c'est mourir un peu, je veux bien mourir encore. Personnellement, je ne tiens pas spécialement à mourir, car la mort, c'est très triste. Je fais partie de ces gens qui ne veulent rien à voir avec la mort, ni de près ni de loin". Tout de suite Anna Moï s'impose à nous avec son rire, son apparente légèreté, les grands et les petits bonheurs et malheurs de sa vie, avec son merveilleux appétit de vivre intensément tout ce qu'elle rencontre.Dans des récits écrits sous forme de digressions, Anna Moï prend comme prétexte sa passion de musicienne accomplie pour nous décrire avec humour le Viêt Nam, où tout est plus décalé qu'ailleurs, plus drôle et plus tragique.
En réalité, cess détours nous ramènent inéluctablement, et de manière parfois inattendue, à des thèmes qui nous concernent tous, malgré l'exotisme du paysage et des personnages : qui en effet ne se demande pas comment fabriquer le présent et l'avenir - pour soi et ses proches - en oubliant, tout en ne l'oubliant pas, le passé ?
Anna Moï, née à Sài Gòn, est retournée vivre au Viêt Nam après un long séjour à Paris et Tokyo. Styliste de mode, épouse d'un économiste français, mère de trois garçons, elle écrit dans son bungalow sur pilotis au coeur d'un bananeraie près de Sài Gòn, installe des expositions dans sa boutique parisienne et passe toutes ses vacances à Collonges La Rouge.

• Parfum de pagode - Edition de l'Aube , 2003
"Comme tu n'es pas mort, je ne peux pas t'offrir un anniversaire de décès digne d'un tel événement. Attends : je ne souhaite nullement ta mort, bien au contraire. Vis aussi longtemps que possible, si tel est ton souhait ! Je voudrais juste te convier à un festin. Et chez nous, tu n'ignores pas que les meilleurs festins sont ceux des anniversaires de mort."
Anna Moï nous étonne et nous enchante : à travers des petites histoires intimistes et pleines d'humour, elle nous dévoile un Viêt Nam inattendu à nos yeux occidentaux, souvent imprimés de clichés qui sont ici bousculés par son imagination fantasque et sa profonde tendresse. Un très doux moment de lecture...
Anna Moï, née à Sài Gòn, est retournée vivre au Viêt Nam après un long séjour à Paris et Tokyo. Styliste (elle a des boutiques au Viêt Nam, à Paris et Los Angeles), elle écrit dans sa maison sur pilotis au coeur d'un bananeraie près de Sài Gòn.

DUONG Huong
• L'embarcadère des femmes sans mari - Edition de l'Aube , 2002
"Telle une main invisible, les caresses du vent et de l'eau effaçaient les peines et les soucis. L'eau fraîche de l'embarcadère de l'Amour était si sensuelle que les jeunes couples s'y baignaient la nuit à la dérobée, oubliant toutes les histoires de tortues, d'ophidiens ou de fantômes."
Hélas, une fois encore, l'image paradisiaque d'un Viêt Nam intemporel sera brisée par la guerre, qui fait partir les hommes du village. Les femmes restent seules, abandonnées. Mais il n'est pas question de céder à la terreur : obstinées dans leur lutte féroce contre la séparation, la souffrance, la destruction, la mort, inéluctables, elles veulent vivre des histoires d'amour. Et pour mener ces histoires d'amour, celles qui permettent de donner la vie, tous les stratagèmes - et ils sont infinis ! - sont bons : l'amour conjugal certes, mais pourquoi pas les liaisons clandestines ou même la prostitution ? Les tabous et le mythe de l'épouse patiente et soumise volent en éclats dans ce petit village que baigne une douce rivière...
Ce village, qui peut être n'importe quel village viêtnamien, devient alors le coeur d'une lutte pour l'existence même, alors que la guerre conttre les Etats-Unis ravage le pays. Il devient lieu de mémoire, lieu de vie et de souffrances ; il est "le" Viêt Nam, qui tel le phénix, renaît sans cesse de ses cendres...Un roman éblouissant !
Duong Huong est né en 1949 à Thai Binh, au sud-est du delta du fleuve Rouge. Il travaille aujourd'hui comme douanier à proximité de la baie de Halong, après avoir combattu dans l'armée de Hà Nôi pendant la guerre du Viêt Nam.L'embarcadère des femmes sans mari son premier roman, a fait en 2000 l'objet d'une adaptation cinématographique à Hà Nôi et a reçu en 1991 le premier prix de l'Asociation des écrivains, la plus haute distinction de la litttérature vietnamienne, comme Le chagrin de la guerre de Bao Ninh et Des fantômes et des hommes de Nguyên Khac Truong.

• Terre des éphémères - Ouvrage collectif - Editions Philippe Picquier, 1994
Au Viêt nam, la littérature est bel et bien de retour. Après plusieurs décennies de silence, la littérature vietnamienne est aujourd'hui en pleine renaissance et des écrivains de talent ont surgi: une nouvelle génération qui,longtemps coupée du monde, expulsée des traditions ancestales par l'idéologie au pouvoir, se retrouve nue devant le monde nouveau qui s'installe.
Les quinze écrivains présentés dans ce livre sont parrmi les plus importants de cette nouvelle génération qui tente de ressusciter une langue, une littérature au passé pretigieux , une écriture qui s'ouvre aujourd'hui à toutes les nuances.
Une écriture simple, directe, sensuelle et passionnée qui la msère, l'oppression, l'humiliation, l'arrogance, le mensonge et la lâcheté. une écriture qui raconte aussi les odeurs, les couleurs, les frissons de la vie, un attachement quasi charnel à la terre vietnamienne.
Voici les écrivains qu'il devient urgent de découvrir.

• En traversant le fleuve - Ouvrage collectif - Editions Philippe Picquier, 1996
Il est une malédiction à laquelle personne n'échappe, l'impossibilité d'oublier. Le langage n'est pas un héritage dont on peut se débarasser, il se grave dans la chair, il structure le cerveau, il colore le regard, il infléchit la voix.
Ces voix du souvenir, nous les retrouvons dans ce recueil de nouvelles d'écrivains vietnamiens viant au Viêt Nam, aux Etats Unis, en france et en Australie.La diversité des thèmes, des tons, des voix, illustrent la variété des situations et la variété des voies de l'impossible oubli.
Qu'on prenne de la distance vis-à-vis d'un passé sans avenir au prix d'un rire douloureux, qu'on se perde dans la fascination de la chair, dans l'obsession de la folie, qu'on plonge à corps perdu dans l'indifférence d'une réalité incompréhensile, ou qu'on laisse béante l'impossiblité de dire le passé. chacun à sa manière, ces écrivains ont entrouvert une fenêtre sur ces tentatives de ressussciter aujourd'hui une littérature pleine de promesses d'avenir.

• Le Héros qui pissait dans son froc - VU Bao et autres nouvellistes - Editions de l'aube, 1996
Ce livre est construit de "six nouvelles qui nous révèlent quelques bribes de la vie quotidienne de gens sans importance, dans le Viêt Nam d'aujourd'hui, avec presque toujours, lancinante, la mémoire de la guerre. Ces auteurs vivent tous au Viêt Nam et y travailleent; leurs textes ont été publiés à Hà Nôi où ils sont lus et appréciés" comme l'écrit Janine Gillon dans sa préface.
Mat et An préparent la fête du Têt pour leurs maris partis à la guerre et qu'lles attendent, dans une attente qu'elles savent vaine, mais qui est le sens de leur vie. Aujourd'hui, elles sont bien vieilles, sous leurs cheveux blancs.
Puis, une jeune femme, Hanh, apprend que son fiancé la trompe avec sa propre soeur: le châtiment sara-t-il divin ? autre facette.
Un récit de guerre, la bataille sera rude et Vinh, tétanisé de peur, pisse dans son froc. Hasard de l'humour:ce sera lui qui, des années plus tard, portera le drapeau dans une reconstitution pour la télévision anglaise !
Un python, quant à lui, dévore un pauvre petit cochon...

• Au rez-de-chaussée du Paradis - Récits vietnamiens 1991 - 2003 - Editions Philippe Picquier, 2005
Comment être jeune aujourd'hui au Viêt Nam ? Dans ce pays où 70 % de la population a moins de 30 ans, à quoi aspire une jeunesse qui n'a pas connu les souffrances de la guerre ni les désillusions idéologiques ? Pour le savoir, il faut lire ces quatorze récits d'écrivains, parmi les plus doués de la nouvelle génération.
"Cent manières d'écrire pour donner au lecteur mille manières de lire." qu'ils sondent le présent à l'aune de l'histoire; évoquent les moeurs de la campagne ou les bars de nuits de la capitale; jouent de la frontière entre réel et imaginaire; explorent les forces obscures, primordiales enfouies dans le coeur de l'homme ou décrivent avec drôlerie les tracas quotidiens d'une jeune citadine...leurs voix multiformes sont animées par une égale audace, impertinence, soif de création.
A la recherche de nouvelles techniques capables de traduire les nouveaux rapports au monde, sa complexité, la rapidité croissante avec laquelle il se transforme, ils incarnent la vitalité d'un pays en quête de modernité et de liberté.
_________________
http://img318.imageshack.us/my.php?image=petitpagode39el.jpg
Back to top
View user's profile Send private message Send e-mail
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Les activités Forum Index -> Les livres de Raymond All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  
You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group